Qu’est-ce qu’une rupture conventionnelle ?

Une rupture conventionnelle est un moyen légal de mettre fin à un contrat de travail à durée indéterminée (cdi) d’un salarié de manière amiable. Elle repose donc sur un accord commun entre l’employeur et le salarié.

Pourquoi demander une rupture conventionnelle ?

Motifs de rupture conventionnelle demandée par le salarié

Un salarié peut demander une rupture conventionnelle pour différentes raisons, les plus courantes sont :

  • L’insatisfaction dans son emploi, que cela soit en termes de salaire, de contenu du travail, de la distance domicile-travail, des horaires…
  • La mésentente avec la hiérarchie ou avec ses collègues.
  • La mise en œuvre d’un projet (professionnel, personnel, ou encore de formation).

Motifs de rupture conventionnelle demandée par l’employeur

L’employeur peut proposer une rupture conventionnelle pour :

  • Mésentente avec le salarié.
  • Difficultés économiques.
  • Faciliter la démarche du salarié si l’employeur perçoit que ce dernier souhaite quitter l’entreprise.

Quelles conditions pour faire une rupture conventionnelle ?

La rupture conventionnelle est possible dès lors que le consentement de chaque partie est libre et éclairé.

Par exemple, une rupture conventionnelle est possible pendant les périodes de suspension du contrat de travail pour :

Elle est également possible en cas de difficultés économiques de l’entreprise si celle-ci n’est pas utilisée pour contourner une procédure de licenciement économique.

En revanche, la rupture conventionnelle n’est pas possible si :

  • Sa proposition est faite dans le cadre d’un accord collectif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) ou d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).
  • Sa conclusion a lieu en l’absence de consentement entre l’employeur et le salarié (présence de menaces ou de pressions entre les parties) ou dans des conditions frauduleuses.
  • Cette proposition est faite pour contourner les garanties prévues lors d’un licenciement pour motif économique (reclassement, etc.).
  • La procédure est proposée dans le cadre d’un accord collectif portant sur la rupture conventionnelle collective.

Comment faire une demande de rupture conventionnelle ?

Étape 1 : la demande

Rien n’est prévu dans la loi en ce qui concerne la demande de rupture conventionnelle. Elle peut donc être effectuée oralement (téléphone, entrevue) ou par écrit (mail, courrier, etc.).

Attention !
Il n’y a aucune obligation de réponse à ce type de demande ni de l’employeur ni du salarié.

Étape 2 : l’entretien préalable de rupture conventionnelle

Selon l’article L.1237-12 du Code du travail, il est obligatoire qu’il y ait au moins un entretien entre le salarié et l’employeur. Cependant, il est possible que plusieurs entretiens aient lieu, à la demande du salarié ou de l’employeur. Désormais, dès le premier entretien, le salarié peut ainsi se faire assister par la personne de son choix (salarié de l’entreprise, représentant du personnel…).

L’employeur peut lui aussi se faire assister lors de l’entretien. Cependant, il ne dispose de cette faculté que lorsque le salarié est accompagné.

Concernant le rôle du représentant du personnel dans le cadre d’un entretien relatif à une rupture conventionnelle, il est présent pour assister le salarié. Dans ce cadre, le membre du CSE pourra, notamment, prendre des notes, poser des questions ou, ensuite, demander aussi des précisions.

Cet entretien a pour but de définir les conditions de la rupture (date de fin de contrat, montant de l’indemnité, etc).

Bon à savoir !

Certains employeurs peuvent demander au salarié de transmettre un courrier reprenant les conditions de rupture qu’il souhaite obtenir, avec notamment le montant de l’indemnité. Même en sachant que ce courrier n’a aucune existence légale, il est tout de même conseillé de l’écrire afin d’augmenter la possibilité d’accord avec l’employeur. Pour cela, le montant de l’indemnité étant de la pure négociation, il est même recommandé d’indiquer les motifs de la demande de réévaluation de la prime au-delà du montant légal (préjudice moral, difficulté de réemploi par la suite, etc.).

Étape 3 : la convention de rupture conventionnelle

La convention de rupture conventionnelle a pour but de fixer les conditions de la rupture du contrat de travail.

Elle doit comprendre notamment le montant de l’indemnité de rupture, ainsi que la date de rupture du contrat et enfin, le délai de rétractation (article L1237-13 du Code du travail)

Bon à savoir !

Le Code du travail n’impose finalement aucun délai de réflexion entre l’entretien au cours duquel le salarié et l’employeur conviennent de procéder à une rupture conventionnelle individuelle et la signature de la convention. La signature peut donc intervenir au cours de l’entretien.

La procédure (convention de rupture) se fait par le biais d’un Cerfa. 

Ensuite, la convention devra être signée par les deux parties et chacune d’entre elles devra disposer d’un exemplaire. Il conviendra toutefois d’éditer un exemplaire pour la DREETS dans le cadre de la demande d’homologation. 

Enfin, concernant la date de la rupture du contrat de travail, elle ne peut pas intervenir avant le lendemain du jour de l’homologation. Il existe par ailleurs un délai de rétractation qui bénéficie à l’employeur et au salarié. Là-dessus, le Code du travail impose donc que ce délai soit de 15 jours calendaires à compter de la signature de la convention par les deux parties.

Cela signifie globalement, que l’employeur ou le salarié peut donc revenir sur son accord. Dans ce cadre, la partie qui souhaite utiliser son droit de rétractation doit le faire sous la forme d’une lettre adressée par tout moyen, mais permettant d’attester de sa date de réception par l’autre partie.

Attention !

Si la convention de rupture conventionnelle concerne un salarié protégé (élus titulaires, suppléants, délégué syndical, etc.), elle ne doit pas être soumise à l’homologation par la DREETS, mais à l’autorisation de l’inspecteur du travail qui dispose d’un délai d’instruction pouvant aller jusqu’à 2 mois.

De plus, le CSE doit être consulté sur la rupture du contrat de travail.
Le CSE dans le cadre d’une rupture conventionnelle d’un salarié protégé sera convoqué selon les modalités habituelles. En principe, l’ordre du jour devra comporter la mention du ou des mandats détenus par le salarié protégé concerné ainsi que le mode de rupture du contrat de travail (dans ce cas une rupture conventionnelle).

Le Code du travail prévoit bien qu’avant de rendre son avis, le CSE doit procéder à l'audition du salarié concerné. L’employeur a par ailleurs l’obligation de convoquer ledit salarié.

La consultation du CSE doit permettre à celui-ci de se pencher sur certains aspects de la rupture : savoir qui en est à l'initiative, connaître la raison, le contexte, etc.

Le rôle du CSE est de s'assurer que le salarié a librement consenti à la rupture, que ses droits ont bien été respectés et que l’exercice de son mandat n’est pas la raison de cette rupture. L'avis du CSE doit être recueilli avant la signature de la convention de rupture et après au moins un entretien entre le salarié et l’employeur.

Le PV de la réunion devra être joint à la demande d’autorisation auprès de l’inspecteur du travail.

Quelles indemnités pour une rupture conventionnelle ?

Il convient de rappeler que l’indemnité légale de rupture conventionnelle ne peut pas être inférieure au montant de l’indemnité légale de licenciement (article L1237-13 du Code du travail). 

Concernant les modalités de calcul, elles diffèrent notamment, selon que le salarié a plus ou moins de 10 ans d’ancienneté. À ce titre, l’ancienneté est donc prise en compte jusqu’à la date effective de rupture du contrat.

L’indemnité légale est donc calculée à partir des salaires bruts précédant le licenciement. Globalement, l’indemnité de rupture conventionnelle doit être au moins égale aux montants suivants :

– 1/4 de mois de salaire par année d’ancienneté jusqu’à 10 ans

– 1/3 de mois de salaire par année d’ancienneté après 10 ans

Outil de simulation indemnités

Calculez le montant de votre indemnité de rupture conventionnelle

Calcul

Pour le calcul de l'indemnité de rupture conventionnelle, le salaire de référence est déterminé en prenant en compte, selon la formule la plus avantageuse :

– soit la moyenne mensuelle des 12 derniers mois précédant le licenciement

– soit la moyenne mensuelle des 3 derniers mois. Dans ce cas, les primes et gratifications exceptionnelles ou annuelles sont aussi prises en compte en proportion du temps de travail effectué.

Bon à savoir
Votre convention collective peut prévoir néanmoins, une indemnité plus favorable

Rupture conventionnelle et droit au chômage

Lorsqu’un salarié a bénéficié d’une rupture conventionnelle, il peut, cependant prétendre aux indemnités versées par France Travail (anciennement Pôle emploi) sous réserve de respecter les conditions requises par l’organisme (premièrement, avoir été salarié au moins 6 mois au cours des 24 derniers mois, deuxièmement, rechercher un emploi, troisièmement, être apte à travailler…) et essentiellement après un délai de carence.

Rupture conventionnelle et CSE

Les élus du CSE, vous donc être amené à :

  • Être consulté lors de la rupture conventionnelle d’un salarié protégé.
  • Assister un salarié pendant son entretien préalable.
  • Répondre aux questions des salariés sur la rupture conventionnelle.

À cette fin, les élus doivent posséder un minimum de connaissance juridique qu’il est possible d’acquérir en participant à notre formation bases droit du travail.

De plus, les salariés qui viennent voir un élu pour lui confier leur souhait de rupture conventionnelle peuvent avoir choisi cette solution suite à des souffrances qu’ils vivent ou qu’ils ont vécues sur leur lieu de travail (pression, harcèlement, etc). Pour pouvoir les accompagner au mieux dans le cadre d’un harcèlement, il peut également être utile d’avoir suivi une formation harcèlement ou une formation référent harcèlement si cela vous concerne.

Découvrez nos formations

Parcourez notre catalogue de formations spécialement dédiées aux élus de CSE

EN SAVOIR PLUS

Recevez toute l'actualité juridique CSE

Partager

Nos actualités

19 juil. 2024

Départ négocié dans un contexte de difficultés économiques

Lorsqu’une entreprise connaît des difficultés économiques, l’employeur peut proposer à un ou plusieurs salariés une rupture négociée du contrat de travail.

 

 

Dans cet article, nous ferons le point sur les informations à connaître sur le départ négocié du salarié.

11 juil. 2024

La résiliation judiciaire du contrat de travail d’un salarié

Quand un salarié estime que son employeur ne respecte pas ses obligations contractuelles, il peut demander la résiliation judiciaire de son contrat.

 

Dans cet article, nous ferons le point sur les informations à connaître sur la résiliation judiciaire du contrat de travail.

04 juil. 2024

La prise d'acte de la rupture du contrat de travail d'un salarié

La prise d’acte de la rupture du contrat de travail est une façon d’arrêter la relation contractuelle entre un salarié et son employeur.

 

Dans cet article, nous ferons le point sur les informations à connaître sur la prise d’acte de la rupture du contrat de travail du salarié.

28 juin 2024

Démission d’un salarié : tout comprendre

Lorsqu’un salarié en CDI souhaite quitter son entreprise, il peut poser une démission.

 

Qu’est-ce que la démission ?

Comment cela se passe-t-il ?

 

Dans cet article, nous faisons le point sur la réglementation liée à la démission.

26 juin 2024

Quels sont les documents obligatoires à la disposition du CSE ?

Plusieurs types de documents doivent être mis à la disposition du CSE.

Il est également à noter que certains registres sont mis à disposition du CSE et non transmis (les

membres du CSE devant se déplacer pour les consulter).

 

NOS FORMATIONS VOUS INTÉRESSENT ?

Nous sommes là pour vous aider à développer vos compétences et à atteindre vos objectifs professionnels. N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur nos programmes de formation et découvrir comment nous pouvons vous accompagner.

Contactez-nous !

NOS FORMATIONS À LA UNE

Formation Secrétaire CSE

Formation Secrétaire CSE

CSE
Inter
Intra

Découvrir le rôle du secrétaire

  • 7 heures
  • A distance / Présentiel
  • Satisfaction 9.70
La RSE pour le CSE

La RSE pour le CSE

CSE
Inter
Intra
Sur mesure

Découvrez comment le CSE peut jouer un rôle clé dans la mise en œuvre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et contribuer à un développement durable et éthique au sein de votre organisation

  • 7 heures
  • A distance
  • Satisfaction 9.10
Formation SSCT + 50 salariés - 1er mandat

Formation SSCT + 50 salariés - 1er mandat

SSCT
Inter
Intra

Formation obligatoire SSCT pour les plus de 50 salariés

  • 35 heures
  • A distance / Présentiel
  • Satisfaction 9.50
Référent harcèlement sexuel

Référent harcèlement sexuel

SSCT
Inter
Intra

Comprendre le rôle essentiel du référent harcèlement sexuel

  • 7 heures
  • A distance / Présentiel
  • Satisfaction 9.50

EN APPRENDRE PLUSsur l'ensemble de nos formations

Comment se déroule une formation CSE avec CELIADE ?
A qui s'adressent nos formations économique ?
Qui finance la formation SSCT ?
Combien de temps dure la formation SSCT ?

Rechercher

Formation Secrétaire CSEFormation SSCT + 50 salariés - 1er mandatRéférent harcèlement sexuelLa RSE pour le CSEFormation Trésorier CSEFormation bases droit du travail