La résiliation judiciaire du contrat de travail du salarié : définition

La résiliation judiciaire du contrat de travail permet au salarié d’invoquer des manquements graves de l’employeur à ses obligations contractuelles devant le conseil de prud’hommes (CPH) afin de demander la rupture de son contrat. Il s’agit donc d’un mode de rupture du contrat de travail à l’initiative du salarié.

Par la suite, le CPH vérifie les manquements signalés par le salarié, même s’ils sont anciens (Cass. soc., 30 juin 2021, n°19-18.533 et Cass. soc., 27 septembre 2023, n°21-25.973), puis va :

  • Accepter la résiliation judiciaire.
  • Ou ne pas la valider.

Pendant la durée de la procédure, le salarié doit continuer à travailler comme précédemment.

Bon à savoir :

La résiliation judiciaire du contrat peut être demandée par :
● Le salarié en contrat à durée indéterminée (CDI).
● Le salarié en contrat à durée déterminée (CDD) uniquement en cas de faute grave de l’employeur.

Quels sont les motifs qui justifient les manquements de l’employeur ?

Les manquements graves de l’employeur peuvent se justifier par plusieurs motifs, par exemple :

  • Le manquement à une obligation de sécurité, comme lorsque l’employeur ne prend pas de mesures pour remédier à une situation provoquant des souffrances physiques ou psychologiques chez un salarié.
  • Le manquement aux règles d’hygiène.
  • La tenue de propos dégradants portant atteinte à la dignité du salarié (Cass. soc., 7 février 2012, n°10-18.686).
  • Les faits de harcèlement.
  • La modification de l’organisation du temps de travail du salarié ou de son temps de repos ayant des conséquences importantes sur sa vie personnelle. Par exemple, une convention de forfait jours qui ne respecte pas les garanties exigées (Cass. soc.,16 octobre 2019, n°18-16.539) ou le passage d’un horaire de jour à un horaire de nuit (Cass. soc., 9 octobre 2013, n°12-21.807).
  • La suppression d’un véhicule professionnel ayant pour conséquence de mettre le salarié dans l’impossibilité de travailler.
  • Le défaut de paiement du salaire ou des heures supplémentaires.
  • Une modification du mode de rémunération, avec un impact important, sans l’accord du salarié.

En revanche, les motifs suivants n'empêchent pas la poursuite du contrat et ne justifient pas une résiliation judiciaire :

  • Une modification unilatérale ne touchant qu’une très petite partie de la rémunération (Cass. soc., 12 juin 2014, n°12-29.063).
  • Une modification unilatérale de la rémunération sans influence défavorable sur son montant (Cass. soc., 12 juin 2014, n°13-11.448).
  • La signature d’une convention de forfait en jours nulle sans autre fait concomitant (Cass. soc., 2 mars 2022, n°20-11.092).
Bon à savoir :

Même si certains faits énumérés ci-dessus ne justifient pas la résiliation judiciaire du contrat, ils sont tout de même représentatifs de manquements de l’employeur envers ses obligations. Il peut tout de même, dans ce cas, être obligé de dédommager le salarié ou de revenir à la situation antérieure.

Comment le salarié doit-il demander une résiliation judiciaire ?

Pour demander une résiliation judiciaire, le salarié doit saisir le conseil de prud’hommes.

Que se passe-t-il en cas de refus de la résiliation judiciaire du contrat de travail par le CPH ?

 

En cas de refus de la résiliation judiciaire du contrat de travail par le CPH, le salarié doit reprendre son poste aux conditions habituelles. En effet, dans cette procédure, le contrat de travail n’est pas rompu.

Bon à savoir :

Si l’employeur, et ce même au dernier moment, a régularisé la totalité des manquements qui auraient pu justifier la résiliation judiciaire, alors celle-ci pourra être rejetée (Cassation sociale, 29 janv. 2014, n°12-24.951).

Que se passe-t-il en cas d’acceptation de la résiliation judiciaire ?

Lorsque la résiliation judiciaire est acceptée par le CPH, le contrat de travail est rompu à partir de la date du jugement.

Cette résiliation judiciaire est prononcée aux torts exclusifs de l’employeur. Dès lors, elle produit les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse ou nul.

En conséquence, l’employeur doit verser au salarié :

  • Une indemnité de licenciement.
  • Une indemnité compensatrice de congés payés.
  • Une indemnité de préavis.
  • Une indemnité pour licenciement injustifié ou nul.
  • Les sommes éventuellement dues en cas de rupture de contrat (primes, épargne salariale, etc.).

Suite à la rupture du contrat, le salarié peut également bénéficier d’une allocation de retour à l’emploi (ARE), sous condition, après son inscription à France Travail (ex-Pôle Emploi).

Date de la résiliation : cas particuliers

Si le contrat de travail est rompu, alors que la résiliation judiciaire n’a pas été encore prononcée par le juge, alors elle prendra effet au jour de la rupture (Cass. soc., 15 mai 2007, no04-43.663). Cependant, il faut que l’employeur puisse démontrer qu’à la date du jugement de la résiliation judiciaire, le salarié n’était plus à son service (Cass. soc., 28 septembre 2022, n°21-18.122).

Cas de la coexistence de plusieurs actions

Du fait du délai entre la demande de résiliation judiciaire au CPH et son acceptation ou son refus par les juges, il est possible que d’autres évènements viennent affecter le contrat de travail.

Résiliation judiciaire et rupture conventionnelle

Ainsi, le salarié peut saisir le CPH en demandant la résiliation judiciaire de son contrat de travail puis signer une rupture conventionnelle avec son employeur avant la date du jugement. 

Dès lors, si le salarié ne se rétracte pas dans les 5 jours suivant la signature de la rupture conventionnelle et que sa validité n’est pas contestée dans le délai d’un an, la demande de résiliation devient sans objet.

Résiliation judiciaire et licenciement

L’employeur peut licencier un salarié postérieurement à sa demande de résiliation judiciaire pour des faits différents de ceux évoqués dans la demande. 

Le juge va alors, d'abord, se prononcer sur la résiliation judiciaire :

  • Si celle-ci est justifiée, le contrat est rompu aux torts de l’employeur.
  • Si elle ne l’est pas, le juge doit statuer sur le licenciement.

Résiliation judiciaire et adhésion à un contrat de sécurisation professionnelle

L’adhésion à un CSP rompant le contrat de travail antérieur, la demande postérieure de résiliation judiciaire du contrat est sans objet (Cassation sociale, 20 octobre 2021, n°19-24.596).

Résiliation judiciaire et démission

Un salarié ayant fait une demande de résiliation judiciaire peut démissionner. En conséquence, sa demande de résiliation judiciaire devient sans objet.

Il peut, dès lors, demander la requalification de sa démission en prise d’acte ou demander réparation. Le juge se prononcera alors sur les manquements de l’employeur ayant justifié la demande de résiliation, mais aussi ceux qui se seront déroulés ensuite (Cass. soc., 30 avril 2014, n°13-10.772).

Résiliation judiciaire d’un salarié protégé

Lorsqu’un salarié protégé, par exemple un élu CSE, demande la résiliation judiciaire de son contrat, le juge doit apprécier les manquements reprochés à l’employeur en se basant sur le contrat de travail et sur les exigences spécifiques au mandat du salarié (Cassation sociale, 27 mai 2009, n°08-42.555).

Bon à savoir :

Un salarié protégé qui obtient la résiliation judiciaire de son contrat de travail ne peut pas ensuite être réintégré même si la rupture produit les effets d’un licenciement nul (Cass. soc., 3 octobre 2018, n°16-19.836). Cependant, il peut examiner la réintégration du salarié protégé si celui-ci abandonne sa demande de résiliation en cours d’instance (Cass. soc., 11 mai 2023, n°21-23.148).

Attention, les juges ne peuvent pas se prononcer sur la demande de résiliation d’un salarié protégé licencié sur autorisation, même si la saisine est antérieure à la rupture. 

Différence entre prise d’acte et résiliation judiciaire du contrat de travail

 

La prise d’acte et la résiliation judiciaire sont deux modes différents de rupture du contrat de travail à l’initiative du salarié.

En effet, lors d’une prise d’acte, le contrat de travail est rompu dès sa demande. Par la suite, le juge doit statuer sur la qualification de la rupture : démission ou licenciement. Alors, que dans le cas de la résiliation, c’est le juge qui doit déclarer la rupture du contrat. Dans le cas d’un refus, le contrat de travail reste valable et le salarié conserve son poste aux conditions antérieures.

Recevez toute l'actualité juridique CSE

Partager

Nos actualités

19 juil. 2024

Départ négocié dans un contexte de difficultés économiques

Lorsqu’une entreprise connaît des difficultés économiques, l’employeur peut proposer à un ou plusieurs salariés une rupture négociée du contrat de travail.

 

 

Dans cet article, nous ferons le point sur les informations à connaître sur le départ négocié du salarié.

04 juil. 2024

La prise d'acte de la rupture du contrat de travail d'un salarié

La prise d’acte de la rupture du contrat de travail est une façon d’arrêter la relation contractuelle entre un salarié et son employeur.

 

Dans cet article, nous ferons le point sur les informations à connaître sur la prise d’acte de la rupture du contrat de travail du salarié.

28 juin 2024

Démission d’un salarié : tout comprendre

Lorsqu’un salarié en CDI souhaite quitter son entreprise, il peut poser une démission.

 

Qu’est-ce que la démission ?

Comment cela se passe-t-il ?

 

Dans cet article, nous faisons le point sur la réglementation liée à la démission.

26 juin 2024

Quels sont les documents obligatoires à la disposition du CSE ?

Plusieurs types de documents doivent être mis à la disposition du CSE.

Il est également à noter que certains registres sont mis à disposition du CSE et non transmis (les

membres du CSE devant se déplacer pour les consulter).

 

rupture conventionnelle
21 juin 2024

Rupture conventionnelle : tout comprendre

Lorsqu’un salarié souhaite quitter son entreprise sans démissionner, il lui est possible de solliciter une rupture conventionnelle. Ainsi, ce ne sont pas moins de 129 100 ruptures conventionnelles qui ont été validées en France métropolitaine au 4e trimestre 2023 (source Dares).

 

Quelle est la procédure à suivre pour une rupture conventionnelle ?

Cette procédure est-elle la même lorsqu’il s’agit d’un salarié protégé ?

 

NOS FORMATIONS VOUS INTÉRESSENT ?

Nous sommes là pour vous aider à développer vos compétences et à atteindre vos objectifs professionnels. N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur nos programmes de formation et découvrir comment nous pouvons vous accompagner.

Contactez-nous !

NOS FORMATIONS À LA UNE

Formation Secrétaire CSE

Formation Secrétaire CSE

CSE
Inter
Intra

Découvrir le rôle du secrétaire

  • 7 heures
  • A distance / Présentiel
  • Satisfaction 9.70
La RSE pour le CSE

La RSE pour le CSE

CSE
Inter
Intra
Sur mesure

Découvrez comment le CSE peut jouer un rôle clé dans la mise en œuvre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et contribuer à un développement durable et éthique au sein de votre organisation

  • 7 heures
  • A distance
  • Satisfaction 9.10
Formation SSCT + 50 salariés - 1er mandat

Formation SSCT + 50 salariés - 1er mandat

SSCT
Inter
Intra

Formation obligatoire SSCT pour les plus de 50 salariés

  • 35 heures
  • A distance / Présentiel
  • Satisfaction 9.50
Référent harcèlement sexuel

Référent harcèlement sexuel

SSCT
Inter
Intra

Comprendre le rôle essentiel du référent harcèlement sexuel

  • 7 heures
  • A distance / Présentiel
  • Satisfaction 9.50

EN APPRENDRE PLUSsur l'ensemble de nos formations

Comment se déroule une formation CSE avec CELIADE ?
A qui s'adressent nos formations économique ?
Qui finance la formation SSCT ?
Combien de temps dure la formation SSCT ?

Rechercher

Formation Secrétaire CSEFormation SSCT + 50 salariés - 1er mandatRéférent harcèlement sexuelLa RSE pour le CSEFormation Trésorier CSEFormation bases droit du travail